Le sacrement des malades, un sacrement pour la vie.

Le sacrement des malades, un sacrement pour la vie.

 

L’attitude de Jésus vis à vis des personnes malades ou handicapées n’est pas un à côté de son ministère. Elle en est comme le cœur ! Jésus n’est  pas seulement un guérisseur mais le Sauveur. Quand il guérit, il propose une libération qui n’est pas que physique. Le salut qu’il apporte concerne toute la personne ainsi le sacrement de l’onction trouve son fondement dans le comportement de Jésus à l’égard des malades : « Va, ta foi t’a sauvé »

Au cours des siècles, l’Eglise porte toujours une attention spéciale aux malades. Elle refait les gestes du Christ. A la pratique des onctions pour la guérison corporelle des malades se joint celle de la réconciliation d’où le nom de l’ « extrême onction » à une certaine périodeCette notion du pardon des péchés reste étroitement liée. C’est pourquoi seul un prêtre peut donner le sacrement des malades.

Ce beau sacrement de l’onction des malades a pour but de conférer une grâce spéciale au chrétien qui éprouve des difficultés inhérentes à l’état de maladie ou à la vieillesse. Il est signe de la tendresse de Dieu pour la personne qui souffre :

«  Si l’un de vous est malade, dit Saint Jacques, qu’il appelle les prêtres de l’Eglise, ils prieront pour lui après lui avoir fait une onction d’huile au nom du Seigneur. Cette prière inspirée par la foi sauvera le malade. Le Seigneur le relèvera et s’il a commis des péchés, il recevra le pardon »  (lettre de St Jacques 5, 14-15)

Qui peut recevoir le sacrement des malades ?

Tout chrétien dont la santé commence à être atteinte par la maladie ou la vieillesse, aux malades au moment où la maladie devient une épreuve difficile à supporter, à ceux qui vont subir une opération sérieuse et aux personnes âgées dont les forces déclinent beaucoup. L’onction des malades ne remplace en aucun cas les soins médicaux.

Quand recevoir  l’onction des malades ?

Il ne faut surtout pas attendre d’avoir perdu connaissance car le sacrement des malades n’est pas un sacrement réservé aux grands malades à l’article de la mort. C’est la raison pour laquelle il est proposé régulièrement dans les paroisses  et une année sur deux à Lourdes. Personnellement avant la deuxième opération à cœur ouvert, j’ai demandé à recevoir ce sacrement ce que je n’avais pas osé faire la première fois. Je puis vous assurer qu’il m’a apporté la paix dont j’avais besoin. Il peut donc être reçu plusieurs fois s’il y a rechute, aggravation ou inquiétude.

Comment se déroule l’onction des malades.

Elle se déroule en deux temps :

-       L’imposition des mains, geste qui rappelle la descente de l’Esprit Saint. Elle se fait en silence. A Lourdes, notre évêque s’avance avec tous les prêtres devant toute la foule des pèlerins rassemblés.

-       L’onction faîte sur le front et les mains du malade avec « l’huile des malades » (huile consacrée par l ‘Evêque au cours de la messe chrismale, le mardi avant Pâques). Cette onction est accompagnée d’une prière : « par cette onction très sainte, que le Seigneur en sa grande bonté vous réconforte par la grâce de l’Esprit Saint » et la personne répond Amen « ainsi vous ayant libéré de tous péchés qu’il vous sauve et vous relève » Amen

Qu’apporte l’onction des malades ?

Elle apporte  une force et un réconfort pour vivre.  Dieu ne guérit pas tous les malades mais il apporte à tous la paix et le courage de supporter les souffrances de  la maladie ou de la vieillesse avec une grâce de force, de pardon et de purification. A la fin de la vie, c’est une aide à se préparer  à la mort, à ce passage à la vie éternelle.

Comment s’y préparer ?

-       l’idéal est de pouvoir rencontrer un prêtre comme cela se fait en paroisse.

-       A Lourdes, les délais sont très courts. Alors il faut y réfléchir individuellement ou en groupe en n’hésitant pas à en parler à d’autres. Dans ce partage, vous pourrez leur demander d’être à vos côtés (voir article sur parrain ou marraine). Où mène ma route ? Quelle a été ma vie jusqu’à maintenant ?

-       Lire un texte d’Evangile et entendre des témoignages de malades. Le temps d’attente est un moment favorable.

-       Prier et recevoir le sacrement de réconciliation.

Si à LOURDES, nous tenons à accompagner d’un cierge allumé la personne qui souhaite recevoir le sacrement des malades, c’est pour affirmer encore plus la présence du Christ à nos côtés surtout dans les moments difficiles.

Voyez vous,  l’onction des malades est vraiment un sacrement pour la vie !